Conseils Rencontres

Le Sexto… une nouvelle façon de flirter est née

facon-de-flirte

Comment séduire avec le stress en moins? Le SMS est un bon moyen de se «lâcher».

Avec des milliards de SMS émis chaque année, nombreux d’entre eux parlent d’amour… et de sexe. Le «Sexto» est né!

Le SMS a d’abord été approprié par les ados, puis a fait son apparition dans le domaine de l’amour. Pourquoi ? Plutôt facile à comprendre: il n’y a pas de face à face, on peut donc dire sans crainte ce que l’on veut. Une règle d’or: il faut aller droit au but.

L’échange de texto devient vite un jeu entre deux partenaires. Quoi de plus simple que de répondre à un message reçu avec des sous-entendus coquins ? La déception de l’autre serait trop grande s’il n’y avait aucun retour ! Jeu où chacun créé ses propres codes, ses propres règles, une nouvelle façon de flirter est donc bien née. On titille l’interdit dans certains cas… laisser place à son imagination est tellement appréciable.

lips

Lorsque la distance est trop importante, le texto est un bon moyen de combattre le manque et surtout de maintenir ce petit jeu sensuel entre deux partenaires, et de laisser place au fantasme. Il nous permet aussi de franchir la barrière du mensonge afin de mieux donner envie à l’autre.

Malgré la distance le portable peut vite devenir une vraie liaison. Il devient un moyen de se raccrocher à la relation et on y devient accro ! L’envoi de message devient un véritable jeu et finit par devenir une réelle addiction. On ne se sépare plus de son téléphone dans l’attente perpétuelle de recevoir un SMS de l’autre. On finit même par s’endormir avec lui… et par fantasmer !

Pour ceux qui sont en couple le SMS peut être un bon moyen de raviver la flamme. Mais attention cependant à l’infidélité qui peut devenir très tentante…

Garder la flamme à l’aide de SMS coquins est plutôt intéressant… et vous, accro ou non ?

Commenter

Click here to post a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • image-promo2.jpg